Marylise Vincent

Voici le portrait d’une figure importante du grand bateau ésaat : son capitaine. À la barre depuis maintenant cinq ans, Mme Maryse Vincent est Proviseur de l’école supérieure des arts appliqués et du textile de Roubaix. L’occasion d’en savoir un peu plus sur cette personnalité très occupée et toujours entre deux rendez-vous. Un entretien mené par des lycéens du Bureau des élèves.


Depuis quand travaillez vous à l’ÉSAAT ?
Depuis septembre 2009 et je compte rester !

Qu’aimez-vous dans votre métier de proviseur ?
Le rapport à l’humain et tout ce que je peux mettre en oeuvre pour les élèves, pour pouvoir leur donner des atouts. Avant d’être proviseur, je travaillais dans l’insertion professionnelle des jeunes, et je pense qu’on ne les aide jamais assez. J’aime aussi beaucoup avoir un planning différent tout les jours, on ne s’ennuie jamais !

Être proviseur dans une école supérieure d’art, est-ce différent d’une filière générale ?
Oui, les formations sont rares et les élèves sont passionnés, studieux et intéressants de part les démarches entreprises. L’ÉSAAT est un établissement surprenant.

Si vous deviez définir l’ÉSAAT en un mot ?

Foisonnant.

Vous êtes la proviseur d’une école de Design, êtes-vous proche du milieu artistique ?
Je ne côtoyais pas le milieu artistique avant mon arrivée à l’ÉSAAT. L’établissement m’a permis de développer une sensibilité artistique.

Avez-vous déjà commis une gaffe devant des élèves, ou des collègues ?

Tout le monde fait des erreurs, et je sais reconnaître quand j’en fais, mais je n’ai pas l’impression d’avoir déjà vécu ce genre de situation.

Quel est l’événement que vous préférez au sein de l’établissement ?

J’aime particulièrement l’opération Portes Ouvertes, mais l’événement que je préfère reste la soirée annuelle qui permet un nouveau rapport avec les élèves, sans barrières.

Avez-vous des passions annexes à votre métier de proviseur ?
Les arbres. Je suis une randonneuse et passionnée par la forêt.