Odile Gautreau

Voici le portrait d’une ancienne étudiante de BTS Design Graphique qu’on a parfois pu croiser en unes de magazines. Odile a en effet mené en parallèle de ses études une carrière de mannequin, elle est maintenant directrice artistique en charge des réseaux sociaux chez Sarenza, petit retour sur son parcours.

 

Bonjour Odile, pourrais-tu nous rappeler ton parcours scolaire ?
Après un Bac Economique et Social, j'ai fait un an de fac en Langues Etrangères appliquées et j’ai ensuite intégré une MàNAA. Par la suite j'ai intégré l'ésaat dans la promo 2015 en BTS Design Graphique option médias imprimés. Je me suis ensuite spécialisée en Image de mode et communication grâce à la formation FCIL du Lycée Sevigné de Tourcoing : j'ai fait un stage de fin d'études de six mois au Magazine Antidote qui a débouché sur un CDD qui s’est terminé en mars 2017.

Tu es actuellement salariée de Sarenza, peux-tu nous parler du type de poste que tu occupes ?
J'ai intégré le studio de créa de Sarenza en Novembre dernier au poste de Directrice Artistique réseaux sociaux, je m'occupe de toute la production d'images de leurs réseaux sociaux donc, mais j'alimente principalement le canal instagram. Je m'occupe parfois de Direction Artistique pour des shootings pour leur site. En tous cas je kiffe ! L'équipe est top !

Tu étais en BTS Design Graphique option Médias Imprimés plus spécialisé dans la production de supports imprimés, pourtant tu occupes un poste plutôt tourné vers les médias numériques, pourrais-tu nous parler de ce passage (outils, méthodologie, etc) ?
Aujourd'hui il est impossible de ne pas toucher aux médias numériques... J'ai l'impression que la production de support imprimés se meurt et coûte de plus en plus cher. En tous cas dans le monde du travail, on te demandera toujours d'être multitask. Si tu es issu.e d'une formation numérique on te demandera moins d'avoir des skills en print, alors que quand tu sors de print tu es obligé.e d'avoir des connaissances en web sinon quelqu'un d'autre prendra ta place.

Tu as une activité parallèle dans le mannequinat, pourrais tu en dire quelques mots (quand tu as commencé, quelles sont tes meilleurs souvenirs, des galères, des conseils à donner...) ?
J'ai commencé quand j'étais à l'ésaat justement, mais j'en faisais très peu de part le fait que je ne voulais pas gâcher mes études pour quelque chose d'aussi éphémère. J'ai vraiment commencé à accepter plus de projets quand j'étais au chômage l'an dernier avant d'intégrer mon poste actuel. Chaque projet comprend des bons et des mauvais souvenirs, en tout cas ce que j'apprécie le plus c'est de pouvoir beaucoup voyager un peu partout. Si j'avais un conseil à donner c'est de ne pas hésiter à se lancer, qui ne tente rien n'a rien.

Comment parviens-tu à mêler les deux activités ?
Très difficilement, au final c'est très usant, mais tout comme quand j'étais étudiante je n'ai pas envie que des projets externes prennent l'aval sur mon activité salariée.

Que gardes-tu de ton passage à l'ésaat ?
Enormément de bons souvenirs, j'ai fait de très belles rencontres et les frites tex mex de la cantine me manque énormément...

Comment définirais-tu les atouts de l'école, ses faiblesses ?
L'ésaat a une très bonne équipe enseignante, très disponible pour ses étudiants ! Il y a également beaucoup de matériel et équipements à disposition des étudiants selon les sections, et ça c'est vraiment top ! J'ai pu rencontrer beaucoup d'étudiants d'autres écoles publiques qui devaient financer eux même certains besoins évidents qu'ils avaient en fonction de la filière qu'ils suivaient. En tous cas concernant la filière design graphique print j'ai vraiment apprécié d'avoir le labo et studio photo à disposition ! Cependant, il est dommage d'observer que quand l'on parle de Roubaix, beaucoup de personnes ont une très mauvaise image de la région et n'arrivent donc pas à se projeter dans la formation.

Les contenus de cette formation courte (le BTS) te semblent-ils conformes aux attentes de la profession tel que tu peux en juger ?
Oui et non.
Oui parce que les projets qu'on nous propose sont vraiment des projets que l'on peut avoir en agence notamment. Non parce que justement, c'est une formation courte comprenant très peu d'expériences sur le terrain à travers des stages notamment. Je ne pense réellement pas qu'il soit possible d'intégrer le marché du travail juste après un BTS, car on te demande toujours d'avoir énormément d'expérience surtout pour prétendre à un poste intéressant. Mais à travers mes expériences j'ai pu constater qu'au final, de par la hiérarchie d'une structure, on peut se retrouver à ne faire que de l'exécution et c'est souvent très rébarbatif. Je pense donc que le contenu de la formation est très complet, mais que pour favoriser son intégration sur le marché du travail il faut absolument poursuivre d'autres formations après le BTS, qui permettent notamment de diversifier ses expériences (stages et alternance)

Quels conseils donnerais-tu à un jeune diplômé de BTS pour trouver du travail ?
De croire en ses forces créatives. Un employeur préférera quelqu'un qui croit en ce qu'il fait et saura défendre ses concepts à quelqu'un qui n'a pas confiance en ce qu'il fait et qui s'écrase facilement.

Un petit mot pour la fin ?
Résiste, prouve que tu existes !

Merci Odile

Le site instagram d'Odile.

Entrevue rédigée par Noémi Sponga, Cédric Villain et Quirijn Franceschini, photos de Sarah Harry-Isaacs

Les images sont issues du projet de fin d’étude d’Odile, Wata, un projet de magazine de tendances issues du continent africain.