Olivier Bousquet

Enseignant spécialiste de l’anatomie animale (et donc humaine), Olivier Bousquet assure les cours de modèle vivant en DMA cinéma d’animation et les cours du soir qui sont dédiés à cette pratique du dessin d’après nature. Cet enseignant d’Arts Appliqués polyvalent est aussi un des piliers de la formation de Mise à Niveau de l’école dans laquelle il enseigne depuis ses débuts en tant que pédagogue, tout droit venu du climat plus clément de Montauban.

Bonjour ! Pouvez-vous nous dire depuis combien de temps vous travaillez à l’ésaat ?

Depuis pratiquement trente ans je pense.

Que faisiez-vous avant de travailler ici ?

J’ai commencé par faire une préparation aux écoles d’art à Toulouse, puis j’ai fait l’école normale supérieure de Cachan. C’est une formation élève-professeur, ce qui signifie que la formation de professeur d’art est payée. J’ai tout de suite travaillé à l’ésaat parce que j’ai fait mon stage de professeur ici en 1988.

Qu’est ce qui vous a décidé à faire ce métier ?

C’est un peu un hasard bien que je me sois toujours intéressé au monde des arts et des arts appliqués. Au départ, je me destinais à faire des sciences mais je faisais du dessin en parallèle de la fac et j’ai finalement décidé de changer de voie.

Pourriez-vous décrire l’ésaat en trois mots ?

Hum... La convivialité et l’échange car je trouve que l’ésaat est un lieu d’échange, aussi bien entre enseignants qu’entre étudiants. C ’est tout de même une des plus grosses écoles d’arts appliqués françaises. En plus le lycée et les différentes sections communiquent entre eux, les élèves peuvent échanger d’une discipline à une autre. Et pour finir la potentialité, car l’ésaat possède les moyens de réaliser les projets des enseignants et des étudiants.

Que faites-vous durant votre temps libre ?

Je fais ce qui m’a toujours plu et qui m’a amené à enseigner le dessin de morphologie animale et végétale en DMA cinéma d’animation : je suis co-animateur d’une section d’ornithologie ainsi que dessinateur animalier pour le GON (Groupe Ornithologique et Naturaliste du Nord-Pas-de-Calais). J’y guide des sorties nature et j’y fais aussi des conférences.

Comment décririez-vous votre rôle au sein de l’établissement ?

Mon intérêt pour la morphologie m’a amené à enseigner en DMA cinéma d’animation où cet enseignement est capital, surtout en première année. Je travaille également principalement avec les MANAA. Comme je ne me destinais pas au départ à travailler dans le domaine des arts appliqués, je me suis un peu spécialisé dans cette section pour pouvoir accueillir les étudiants qui comme moi n’ont pas fait de baccalauréat spécialisé en arts appliqués et leur permettre d’approcher différents aspects de ce domaine. C’est aussi moi qui donne les cours du soir en Modèle vivant à l’ésaat, destinés aux personnes extérieures à l’établissement.

Vous rappelez-vous d’une anecdote, d’un événement qui vous a marqué à l’ésaat ?

En trente ans, il m’en est arrivé pas mal ! *réfléchit*. Il m’est arrivé d’enfermer une élève dans une classe à l’heure du déjeuner, je vous raconte celle-là car elle fait écho à l’anecdote de Brigitte Lefebvre. En fait, il y avait des chevalets partout dans la salle et cela faisait un peu comme une forêt de chevalets, vous voyez ? Il n’y avait aucune visibilité. Donc j’ai demandé si je pouvais fermer la porte et comme je n’ai pas entendu de réponse, je me suis exécuté. Je ne sais pas si l’élève n’avait pas entendu ou si elle était trop absorbée par son travail, mais elle s’en est tirée avec une belle panique, heureusement que ça n’est arrivé qu’une fois !

Un petit mot pour la fin ?

En venant à l’ésaat j’ai découvert l’accueil des gens du Nord (je viens du Sud) et l’ambiance motivante de cette école. Je peux dire que j’ai pu m’épanouir dans mon activité de professeur et que j’ai vécu et continue à vivre une expérience enrichissante !

Les dessins ci-dessus sont des productions d'Olivier Bousquet. De haut en bas, Pollution (1995), Grèbe à cou noir (2015), Grive musicienne (2016), Nus (2016).

Photos Fabrice Coget, portrait dessiné et entretien réalisés par Aurore Duclos du Bureau des élèves avec l'aide de Marie Dutriaux, corrections Magali Hu.