Pascal Broutin

Au bout du couloir du Rez-de-chaussée, au centre de l’école, derrière la porte vitrée, il y a le royaume des livres, le Centre de Documentation et d’Information de l’ésaat. À l’heure d’internet et de l’information instantanée, le défi du documentaliste c’est de rendre actif et attractif le monde incroyable des livres, revues, journaux... Cette mission c’est celle de Pascal Broutin, documentaliste passionné qui a fait de cet espace un lieu d’accueil et de réflexion.

Quand avez-vous commencé à travailler à l’ésaat ?

Je crois que j’ai commencé à y travailler en 2006, je ne sais plus du tout mais après tout quand on aime, on ne compte pas !

Quel genre de travail faisiez-vous avant ?

J’étais documentaliste dans d’autres écoles, j’étais aussi professeur de lettres et d’anglais, les deux en même temps mais je faisais surtout plus de lettres ! *rire*

Qu’est-ce que vous aimez dans votre travail ?

J’aime le contact avec les élèves avant tout, les accueillir dans un cadre que j’essaye de rendre agréable. Moi qui adore les livres, c’est un plaisir de travailler autour d’eux. J’apprécie aussi les échanges, je rencontre de nouvelles personnes, j’apprends de nouvelles choses chaque jour, j’assouvis ma curiosité, en somme, j’adore mon travail !

Pourriez-vous décrire l’ésaat en trois mots ?

Apprentissage, lieu de vie et audace! Ici les élèves ne sont pas que passifs, ils sont très actifs, ils ont une telle énergie. Je suis aussi impressionné par leur audace, ils prennent des risques, ils osent, même s’ils font des erreurs ils trouvent le moyen de rebondir.

Vous animez des ateliers théâtre pour les élèves du lycée, d’où vous vient cet intérêt pour le théâtre ?

J’ai commencé à faire du théâtre au collège, j’ai ensuite continué jusqu’à ce que j’hésite entre devenir professeur ou comédien, j’ai vite décidé d’être professeur, une décision que je ne regrette pas! J’animais des classes théâtrales, nous montions des spectacles, c’était très intéressant car dans les ateliers théâtre les élèves apprennent à regarder leur corps, celui de l’autre, ils prennent la parole et s’expriment... Le théâtre possède beaucoup de vertus et je pense que cette discipline est essentielle à tout bon lycée.

Vous qui lisez beaucoup, avez-vous des ouvrages à nous recommander ?

Je ne peux pas vraiment vous en recommander car j’associe les livres que je lis à ma propre expérience mais j’ai des histoires qui m’accompagnent tout le temps comme par exemple Sans famille d’Hector Malot. C’est le premier livre que j’ai lu, je l’adore. J’aime aussi beaucoup Victor Hugo. Mais si j’avais un livre à recommander ça serait Les vertus de l’échec de Charles Pépin.

Avez-vous des passions ?

Oui ! Trop ! Je suis bien évidemment passionné par les livres. J’adore aussi la marche, la randonnée, la montagne. J’aime aussi beaucoup le cinéma, mon oncle était placeur dans un cinéma et étant petit je pouvais voir deux à trois films par semaine ! Et enfin j’apprécie aussi la musique, pour la petite anecdote : je joue de la cornemuse !

Un petit mot pour la fin ?

On va dire que je vais un peu à l’encontre de ma philosophie de vie qui consiste à oser, être audacieux mais je suis tellement bien à l'ésaat que j’aurais du mal à partir !

Photos Fabrice Coget, entretien mené par le Bureau des élèves, sous la direction de Marie Dutriaux, dessin Emma Bolzan