MENU

En complément de la grande exposition-évènement Colors, etc. visible jusqu’au 14 novembre au Tri Postal, l’organisateur Lille3000 a offert une belle vitrine aux jeunes diplômé·e·s de la région lors d’une exposition intitulée Young Colors.

Visible entre mai et juillet de cette année, l’exposition mettait en avant de jeunes créateurs et créatrices récemment diplômé·e·s et issu·e·s de 11 établissements d’enseignement artistique de la Métropole Européenne de Lille et des villes de Gand, Courtrai et Tournai en Belgique.

L’ésaat faisait partie de cette prestigieuse liste avec les productions de deux anciennes étudiantes, Luce Terrasson, diplômée du DSAA Textile, co-fondatrice du collectif Cela, et Gaïa Grandin Mendzylewski, diplômée du DMA Cinéma d’animation.

Le projet de Luce, intitulé Résolution, met en place un dispositif coloré de lumières disposées sur des baguettes rotatives, une expérience immersive, visuelle, sonore et spatiale.

Le projet de Gaïa est un film d’animation, intitulé Mes lèvres brûlent, réalisé en résidence au studio Train-Train lors de la formation Complémentaire qu’elle a suivie à l’ésaat.

Le teaser du film est visible en ligne.

C’est sous la direction de Susie-Lou Chetcuti et à l’invitation de Delphine Bely, enseignante, que les étudiants de première année de DN MADe Cinéma d’animation ont réalisé de petits pantins destinés à l’animation stopmotion.

Une initiation dans cet atelier d’une semaine qui leur a permis de découvrir les principes de fabrication d’une marionnette animable : de la structure en fil d’aluminium précuit, recouverte de mousse, de papier aluminium et d’éléments plus durs en plasticine ou papier mâché peints.

La thématique proposée était de représenter un ou une artiste célèbre. La semaine aura permis aux élèves de réaliser une marionnette chacun, il ne manquerait plus ensuite qu’à réaliser des tests d’animation, mais c’est une autre histoire.

Le rendez-vous est incontournable pour la profession du cinéma d’animation en France et dans le monde ; le plus important festival professionnel a pu de nouveau se tenir en juin 2021 sur les bords du lac d’Annecy après une version digitale en 2020.

Une occasion pour les étudiant.e.s en cinéma d’animation à l’ésaat de prendre connaissance de ce qui se fait de plus récent dans le domaine, de voir des expositions (cette année une exposition sur le travail de Michel Ocelot), de passer leur temps en séances et de rencontrer des opportunités professionnelles – embauches ou stages – avec la partie « marché ».

Cette année avait un double intérêt pour la section : une chance pour la dernière promotion de DMA de faire son premier festival et d’accompagner la présence en compétition Films d’étudiants du film de Coline Durtschi-Guillemot, Oh Babe it’s a wild world, première production conçue à l’école à être sélectionnée à ce festival.

Oh Babe, it’s a wild world, titre

Un séjour qui peut ressembler à des vacances, sur le gazon vert du Pâquier d’Annecy entre pique-nique et séances de dessins animés, mais qui s’est avéré fatiguant quand on veut profiter pleinement de ce que le festival a à offrir.

Notons aussi la présence en compétition Courts métrages cette année du film Ce qui résonne dans le silence, de Marine Blin, ancienne étudiante de l’ésaat en cinéma d’animation et professionnelle intervenant fréquemment dans la formation.

ce qui résonne dans le silence de Marine Blin, photogramme