MENU

Le micro-projet métamorphoses fut l’occasion pour les étudiants du DSAA Design mode & textile de l’ésaat de se confronter aux contraintes et aux potentialités du métavers de la start-up New Atlantis.

Contrairement aux idées reçues, les métavers ne sont pas de simples moyens mais se manifestent comme les relais de croissance de notre réalité sociale et sociétale alors que les intelligences artificielles malgré leur degré de perfectionnement ne seraient que des machines dédiées aux tâches en voie d’automatisation sous la supervision d’un prompt engineer.

Dans leur acception étendue, les métavers constituent une pluralité d’espaces d’échanges et de rencontres donnant lieu à de nouvelles pratiques culturelles et économiques dont nous pouvons mesurer l’importance aujourd’hui avec le phygital.

Tout en instruisant ce rapport de réciprocité, la mode et le textile investissent la topologie ainsi que la typologie de ces univers qui, à leur tour, transforment notre rapport au vêtement et à l’environnement. Dans ce contexte les designers et les ingénieurs sont libérés momentanément des conséquences nocives d’un productivisme forcené et se concentrent désormais sur l’expérience proposée au visiteur.

Les projets des étudiants du DSAA design mode & textile dans le métavers New Atlantis témoignent, par la richesse de leurs questionnements, de la diversité des pratiques du voguing alliant le revêtement au vêtement et la couleur au motif.

A l’image de l’utopie de Francis Bacon où les arts et les sciences étaient cultivés dans une recherche d’harmonie et d’épanouissement, le métavers écoresponsable de Ludmila Postel et de Jonathan Tanant nous procure modestement un havre de paix propice à la co-création d’un monde positif.

Le projet s’est structuré en sept phases :

Septembre 2023

Visite des installations EquipEx + du laboratoire SCALAB à la Plaine Images et  présentation de la start up New Atlantis.

Réflexion concernant les métamorphoses de la filière mode & textile associées aux pratiques du voguing  avec Vogue In Lille au Flow centre des cultures urbaines de Lille.

Octobre 2023

Conception de scénarios et production de modèles 3D.

Novembre 2023

Workshop Intégration des propositions dans le métavers New Atlantis.

Restitution du projet à la Plaine images.

De novembre 2023 à février 2024

Réception et poursuite du projet en vue de son affordance en direction des acteurs de l’industrie mode & textile par les élèves ingénieurs textile de 3e année de l’ENSAIT en lien avec les étudiants designers du DSAA design mode et textile.

Soutenance du projet final à l’ENSAIT.

Du 17 au 21 octobre 2022, les étudiants des DSAA mentions espace, graphisme et produit se sont réunis dans le cadre du workshop « Design en Vallée de Scarpe ». Le workshop a constitué la première phase d’un concours organisé par Le Parc Naturel Régional Scarpe Escaut pour concevoir l’aménagement de lieux de pause le long de la voie verte de la vallée de la Scarpe.

L’ambition de ces aménagements est de développer l’attractivité touristique du territoire qui recèle des pépites naturelles et patrimoniales aujourd’hui insoupçonnées du grand public voire même des habitants de la vallée. Les futurs lieux de pause devront rendre aux visiteurs de passage dans la région ou qui habitent à proximité la possibilité de fréquenter les berges de la Scarpe en proposant des expériences sensorielles insolites à destination des promeneurs et des cyclistes.

Les étudiants ont été répartis en 10 équipes inter-mention pour travailler sur un des trois sites proposés : l’écluse de Thun-St-Amand, la tourbière de Vred, le pont métallique de Germignies. Pour chaque site, il s’agissait de concevoir des points de vue vers les espaces naturels ou patrimoniaux, des mobiliers de pause, des éléments de signalétique et des supports pédagogiques.

Les étudiants ont été accueillis durant trois jours au centre d’éducation à l’environnement d’Amaury, dans un cadre forestier idyllique. La première journée a été dédiée à la présentation des enjeux du projet et à la visite des trois sites. Les jours suivants, les étudiants ont travaillé en équipe sur la conception, accompagnés par les enseignants des trois mentions et par Karine Haudrechy, paysagiste.

A l’issue de la semaine, les 10 équipes ont soutenu leur projet devant les partenaires qui ont fait part de leurs conseils et de leurs remarques en vue d’affiner les projet.

Prochaine étape : ajuster et développer les propositions pour les présenter en janvier au groupe de travail Itinérance qui désignera les trois projets lauréats !